Seydi Hamza Kounta, le chargé de communication de la jeunesse khadria de Ndiassane, déclare la guerre à Abdou Rahman Kounta, le porte-parole « autoproclamé » de la famille religieuse de Mame Bouh Kounta. Courroucé  par les agissements « fractionnistes » de Abdou Rahman Kounta, Seydi dénonce et interpelle les autorités.

La famille religieuse de Ndiassane risque d’être divisée, si les agissements de Abdou Rahman Kounta dit Pape Ndama ne sont pas arrêtés. C’est du moins l’avis du chargé de communication de la jeunesse khadria de Ndiassane, Seydi Hamza Kounta.  Pour lui, le « porte-parole » de la famille de Mame Bouh, au lieu d’être un rassembleur, divise ce foyer religieux. « Quelqu’un s’est autoproclamé porte-parole de la famille de Mame Bouh. Mais je précise qu’il n’est pas le porte-parole de la famille. La famille de Cheikh  Bouh ne s’est pas encore réunie pour choisir un nouveau porte-parole  pour remplacer le regretté Ahmed Bachir Kounta. Et Abdou Rahman Kounta plus connu sous le nom de Pape Ndama, avec l’entourage du nouveau Khalife, se permet de se déclarer porte-parole de la famille et pose des actes de nature à diviser la famille. Pour cela, j’interpelle toutes les autorités », souligne Seydi Hamza Kounta qui a câblé L’Evidence. Avant de poursuivre : « Avec l’actuel entourage du Khalife, Abdou Rahman Kounta a osé porter plainte contre des autorités de Ndiassane pour des histoires banales qu’on pouvait régler en famille. Des lobbies et certains fils du Khalife ourdissent des complots et se permettent de porter plainte contre des autorités pour des intérêts crypto personnels. » Très en verve, Seydi Hamza Kounta dénonce les carences de Pape Ndama et Cie. « Le 20 avril passé, c’était le Ziar dédié à Cheikh Bouh, le fondateur de Ndiassane. A cause de leur incapacité, ce grand rendez-vous religieux n’a pas connu de médiatisation et de communication. Ils ne travaillent pas pour la cité de Mame Bouh, mais pour eux-mêmes. Ils ont fait 8 mois, depuis lors, ils divisent au lieu de rassembler. Trois Khalifes se sont succédé à la tête de la famille de Mame Bouh, mais je peux vous dire qu’aucun d’entre eux n’a fait confiance à Abdou Rahman Kounta alias Ndama. Il a comploté avec des fils du Khalifes qui est souvent dans ses retraites spirituelles. » Seydi Hamza Kounta, petit-fils du défunt Khalife de Mame Bouh(1987-2006), dans la foulée, interpelle l’Etat et toutes les autorités religieuses pour freiner Pape Ndama et Cie. « Il a même humilié un ministre de la République à Ndiassane lors de la campagne présidentielle. Tout ce qu’il dit n’engage que lui ; il ne parle pas au nom de la famille », fulmine Seydi Hamza. Pour finir sa conversation téléphonique avec L’Evidence, il souligne que la famille de Mame Bouh se réunira prochainement pour désigner un nouveau porte-parole qui puisse porter la voix et défendre la Famille de Mame Bouh Kounta, le fondateur de Ndiassane.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here